Ce mot

 

 

 

L’orage rouge qui gronde dessous les chairs

Fait vibrer nos tréfonds, nos nobles attitudes.

Je me suis imprégnée de ce séisme sourd

Comme on apprend les mots qui crissent au tableau noir.

Muselée, la colère

Chevauché, l’ouragan !

Ensorcelée, la peine en silencieux poèmes.

Et j’ai scellée la peur au passé dans un pacte.

Car plus jamais au mur de mon être de craie,

On ne peindra ce mot,

Cette insulte à la paix,

Qui offre des bouquets de roses déjà fanées

Dont les épines labourent profondément les cœurs,

Envenimant les âmes rongées de solitude.



19/09/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion