Laissez-passer

 

 

 

 

Au détour d’une carence, j’ai parlé aux minutes.

J’ai écouté leurs doutes

Qui égrenaient la honte en chapelets de larmes.

J’ai reprit mes esprits aux voleurs de chagrin,

Pour échanger l’attente contre un peu de fierté.

Mais les secondes hurlaient, délétères sous nos pas.

Et les heures s’avançaient, monstrueuses cariatides

Harassées par le poids des journées à combler.

J’ai salué le temps en sixte fractionné,

Et du bord de mon vide

Je l’ai laissé passer.



15/11/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion