Prendre le vent (version illustrée)

 

Prendre le vent

 

 

 

Avoir cent ans entre deux mondes.

Entre l'effroi et le désir,

Quand le corps ne sait plus de quel côté tomber ;

Sentir le feu qui couve,  entêté, sous le cuir,

Et l'étouffer lentement sous des fagots de rides…

Mais en secret encore, s'accrocher aux regards,

Aux reliefs juvéniles qui soufflent sur nos braises ;

Les dévorer de loin, à l'autre bout de l'âge,

En inventant l'histoire,

L'inavouable équation,

Qui rétabli en rêve l'égalité des sens,

Et qui dénonce, muet, l'iniquité des ans.

 

Faire glisser le sépia de ma peau argentique

Sur tes pixels fauves aux courbes lumineuses…

Oublier que le temps aime à brouiller les pistes,

Et compter à rebours les pleins et les déliés

Sur nos doigts en cavale et nos pores faméliques.

Ce soir tu es le vent, évanescent, sans âge,

Et je suis ce nuage que ton souffle modèle…

Au tonnerre de tes reins je me démultiplie,

Pour renaître à l'envi,

Nouvelle,

Réanimée.

 



21/02/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion