Quitter la chambre

 

 

 

 

 

Quitter la chambre aux premières heures du jour.

Quand nos essences flottent au-dessus du silence.

Encore chaudes, encore électrisées de nuit…

Regarder un instant les vagues de son souffle

Qui anime son corps aux reflets sahariens.

Et me pencher juste au-dessus,

Y retrouver l’ambre perdu de mon parfum.

Mon bel amour au lit dormant,

Je ne suis pas une princesse.

Voleuse de feu de paille convoitant la chaleur.

Sans la brûlure.

Avide de vibrations

Et de souffles coupés,

D’étreintes étroites

Et de bouches vagabondes.

Vers tes reins aimantés

Laisser fondre les miens ;

Abandonner mes hanches

Entre tes mains de bois,

Écartelée parfois,

Rêve de crucifixion…

Et toujours ces remous,

Ces jeux d’ondes complices.

Ces à-coups, ces supplices à réclamer des yeux.

Et toi qui me nourris,

Qui m’abreuve à ta source,

Qui justifie le temps au pal de mes désirs.

Toi massif sur mon corps quand je me veux liquide,

Comme un vaisseau fantôme en partance pour le ciel.

Tu prends possession de mes abysses,

Arque boutée vers l’invisible,

Je ne peux que supplier, 

Psalmodier ton prénom.

Et il vient me remplir

De mes propres envies.

Les lueurs de tes yeux s’en retournent à leur source.

Quand elles s’éteignent enfin, j’échappe à la brûlure…

En quittant la chambre.



30/10/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion