Retrouvée

 

 

 

 

 

Laissons là un instant nos cuirasses, nos postures.

Ne gardons que la bête qui dort sous le métal.

Regarde le venin qui colore mes pupilles,

Et s’évapore le soir tout au bord de mes lèvres…

C’est l’orage qui s’en vient sous ma poitrine en cendres ;

Et le grognement sourd de mon âme impatiente

Annonce à nos tendresses le temps des assassins.

 

Je n’ai pas si froid sans toi.

Je n’ai peur que de moi.

 

Je vais cracher le vent des solitudes amères

Sur tes désirs ultimes, tes idéaux de bois.

Et je les porterais au bûcher de ma haine

Avant de les passer aux souvenirs hachoirs.

Sans jamais te toucher qu’à la pointe d’un mot,

Sans plus jamais sentir ma volonté s’éteindre

Au prix de ton sourire et de ta liberté.

 

Un jour tu m’as perdue,

Et je me suis trouvée.



08/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion