Rush

Rush

 

 

 

Je chevauche le souvenir de ta bouche,

Dernier raccord en noir et blanc,

L’extrémité de la pellicule.

Et je revis les rushs

A chaque chanson d’amour qui brille…

 

Je réinvente nos regards qui se frôlaient sous les fumées.

Toxicomane de l’interdit aux illusions hors de contrôle,

Je respirais tes pas tanguant sur nos désirs muets.

Entre les autres je me glissais, esquivais les incertitudes…

Pour m’approcher encore un peu de la chaleur qui te hantait.

 

Du bout du cuir, j’ai déposé,

Un escarpin sur ton empire.

Du fond des yeux tu as cillé,

Et j’ai fondu sur ton émoi…

 

Une vibration qui s’insinue sous tes tissus désincarnés,

J’ai violé ta prestance.

Invasion hormonale d’une terre de feu en berne,

Je multiplie la somme de mes atouts,

Adéquation de nos inconnus.

 

Je lance mes courbes à l’abordage,

Dévore les masses de tes sanctuaires

D’un parfum bleu de nuit de chine…

Une chaîne olfactive, mélodie hypnotique,

Qui entrave les doutes et libère l’instinct…



29/07/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion