Tant qu'il y a de l'espoir.

Tant qu’il y a de l’espoir.

 

 

 

La douleur se dépose par strates accidentées

De la pointe du cœur à ses courbes imparfaites.

Les raisons, elles, s’oublient sous un limon étrange…

Charriées par des torrents d’instantanés factices.

Restera la souffrance au pic de l’enlisement,

Dernier signe clinique de la vie qui s’entête.

Entre deux pilules bleues, je prends une bouffée d’air…

Et entre deux sanglots,

J’espère



21/07/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion