Le bruit du temps sous tes mains

 

 

 

Se balader entre tes mains

Quand le soleil attend son tour,

C’est comme flotter entre deux mondes

Suspendue par le cœur au balancier fragile

De ta pendule anatomique…

Le temps s’arrête à chaque seconde,

Distribue sans compter

Soixante genèses par minute écourtée.

Et du bord de tes paumes,

Je l’écoute quand il passe…

 

C’est d’un ennui mortel !

 

A ces lignes pointilleuses

Je préfère tes nervures,

Tes rires accidentés,

Tes rides aventureuses,

Et tes mains de bois vert

Tendues, grandes ouvertes

Juste au dessus du temps.



28/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion