Jusqu'à la dernière goutte.

 

 

 

 

Je regardais, absente, l’étrange chemin rouge,

Les arabesques sombres aux jeux aventureux,

Les courbes exotiques d’une ligne vermeille,

Le dernier de tes mots en déliés sulfureux,

 

Qu’une goutte sang dessinait sur ta peau…

Sur la soie opaline de ta cuisse alanguie.

Et mes cils alourdis brassaient l’air autochtone

Comme deux papillons morts que le vent réanime…

 

J’ai relu sur ta peau l’épitaphe d’un amour

Qui n’engageait que toi, élégant éphémère…

J’ai regardé d’en haut ta couleur se flétrir,

Avant de retrouver le sentier de la chair.



24/02/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion